Requiem de Verdi à la Chaise Dieu

Verdi Requiem Chaise Dieu

Requiem de Verdi, Festival de la Chaise Dieu – 19 Aout 2017

 

Daniel Kawka porte le Requiem de Verdi à la Chaise Dieu

Comme les voûtes d’ogive portent la très gothique Abbaye du pape Clément VI à la Chaise-Dieu, Daniel Kawka porte le Requiem de Verdi sur des épaules de colosse, découvrant une infinie palette de couleurs et d’effets à l’Orchestre et Chœur symphoniques Giuseppe Verdi de Milan

Daniel Kawka avait époustouflé à la direction du Lohengrin concluant la saison de Saint-Étienne, il laisse à nouveau l’auditoire exsangue d’admiration devant sa figure de colosse, guidant des murmures d’un doigt, agitant des tempêtes d’un claquement de baguette. Il sait emporter et retenir les tempi à bon escient, laissant à chaque effet sa pertinence dramaturgique.

Olyrix 21/08/2017 par Charles Arden

Un Requiem de Verdi vibrant au deuxième jour du Festival de La Chaise-Dieu

Le chef d’orchestre Daniel Kawka est justement réputé pour sa maîtrise des masses orchestrales. Le Requiem de Verdi lui donne une nouvelle occasion de soulever des houles sonores parfaitement maîtrisées et subtiles jusque dans les cataractes du « Dies Iræ ». L’orchestre suit le chef au doigt et à l’œil, construisant un immense accelerando retenu à certains moments de passion suspendue. Le souffle global rappelle combien ce requiem est un opéra avec pour personnages les instruments, leurs timbres sculptés, leurs couleurs apaisantes ou terrifiantes comme la mort que célèbre cette messe….. ce sont bien la musique et le chef qui prennent le dessus d’un concert salué par une longue ovation. (19 août)

La lettre du musicien Louis Carrion 21/08/2017